BIDIBOP is Vincent NICOLAS solo project.
Playing music since the age of four, with various instruments such as violin, keyboards, guitar, drums... he launched and merged with many different music projects as a musician or as sound engineer, sometimes both.
In 1998, he merged the post-rock band "un automne à lob-nor" as samplers and keyboards player, beside Sébastien ROUX.
Since the band split, he dedicated to his own music project started in the mean time. Old synths sounds to earlies glitches, guitar and sound treatments, are part of the BIDIBOP's textures glittering music which only aim is pop.

BIDIBOP est le projet solo de Vincent NICOLAS.
Jouant de la musique depuis l'âge de quatre ans, avec divers instruments tels violon, claviers, guitare, batterie,... il lança et prit part à différents projets comme musicien ou producteur, parfois les deux.
En 1998, il officie, aux côtés de Sébastien ROUX, au sein du groupe post-rock "un automne à lob-nor" (au sampler et aux claviers).
Depuis le split du groupe, il se consacre à son propre projet. Vieux sons de synthés et glitches actuels, guitares et traîtements sonores, font partie de la musique scintillante de BIDIBOP dont le seul but est la pop.

Recent Music Heroes -
bidibop - be

the Frenchman Vincent Nicolas aka Bidibop fuses electronica and indie pop and angular glitches in an elegant way. In comparison with his (previous) band Un Automne à Lob-nor (with Sèbastien Roux, Jean-Nicolas Heillouis, Alexandre Gouy) Bidibop`s sound is intended to be remarkably more indietronic and less post-rock by its orientation. Dominantly Nicolas` oeuvre is instrumental, there is only one notch where he used to sing (though, he does it very well). It is said that his only aim is to create pop. Indeed, by listening to the album you get convinced the release does have its own place amongst indie and electronica mixing musicians so widely appeared in Central Europe (The Notwist, Wixel, Oto Efekt, Lali Puna, Nogaro, Cantaloup, Julian Winter and others).

cd feature/ sebastien roux: "urban field muzick"; bidibop: "urban field muzick"; gerald fiebig: "public transport"

Even though fans of Pop and Rock mostly look down on the field recording scene as a bunch of freaks paying for sounds they could just as well get for free by taking a hike or opening the window, the genre is by definition unique in its ability of fulfilling one of the essential postulates of art: Putting us into immediate contact with our environment and allowing us to reflect upon our relationship with its cornucopia of crass and more subtle infuences. Even though Marcus Obst has never regarded purity as a priority when it came to his field muzick imprint, three of the label's recent 3inch releases return to the abovementioned source of the musique concrete movement, exploring elemental questions of perception.
Sebastien Roux' contribution is especially revealing in this respect, because its creator is by no means a usual suspect or a monothematically interested perpetrator. Rather, his oeuvre can be characterised by simultaneous immersion in radiophony, sound art, drones and environmental recordings, thereby uncovering the typically hidden confluence between "sound" and "music". "Stereo Rider", the single, track constituting his version of "urban field muzick" is the epitomisation of the original narrative qualities of the genre, which had been slightly overshadowed by its documentary pendant over the past few years.
The main compositional tool here is juxtaposition, with Roux placing fundamentally unrelated recordings from different countries and locations side by side to gauge their symbiotic potentials: Unashamedly concrete sections (featuring distinct vocal hollers, conversations and fairground muzak) are counterpointed by weightless birdsong, creeking doors and distant traffic noises and the arrangement flows from a nervous opening into an almost completely silent middle section and a finale, which magnetically pulls the listener in with a string of concisely realised scenes.
In opposition to the often academic tendencies of some of his colleagues, Roux has a much more mundane - yet all the more agreable intention: Allowing listeners to retrospectively partake in his holidays. The original installational presentation of the music invited audiences to lie down on a bed and listen to the sounds on headphones - if you'll do the same, a richly detailed listening experience will be your reward.
While Roux' vaguely specified sources almost begged to be freely tranformed by his public, Vincent Nicolas (aka Bidibop) has attached painstakingly exact descriptions to the three tracks of his homonymous "urban field muzick" release. "Walking downtown" samples the "Empire State building antenna radiations, Time Square noise, Union Square shopping, Ground Zero yard, Washington Square Park kids and beautiful people", "lazy sunny afternoon" bathes in the resonance of the "Washington Square Park banjo guy and other beautiful people", while the "ACE train songs" was obviously taped on the title's mobile location.
It is all the more surprising, therefore, that Nicolas should embed these transparently delineated recordings into heavenly oneiric musical structures: "Walking downton" builds an agile ambient daydream from Guitar and Theremine, "ACE train songs" sees him pick his guitar in "electric counterpoint"-style, with dark drone ruminations gradually thwarting the rhythmical impetus. A chilled-out country-mood, finally, is permeating the "lazy afternoon" sounding out the EP.
Throughout. unprocessed acoustic instruments blend with atmospheric electronics and field recordings are organically fused into inviting soundscapes. The worlds of "music" and "sound", which were already collegial in the oeuvre of Roux, are completely complementary on this occasion and it is an additional boon that it not just the thought, but the music as well which feels consoling. At the end, snippeted fragments of dialogue are even used as an accompaniment to a relaxed Banjo & Drums beat and all borders have been gently wiped out.
On Gerald Fiebig's "Public Transport", long sold out by the time you are reading this, field recordings with a high degree of speech have been left almost entirely untouched, with layering and repetition creating rhythmical repetitions, metaphorical abstractions and an increasing degree of estrangement. Fiebig's perspective is fascinating, because it suggests that it is not so much timbre or knowledge about a sound's origins which awards it a familiar feeling, but rather its intonation, the "way that things are expressed".
This realisation goes a long way in explaining why these passages, filled to the brim with everyday sounds, appear so utterly alien. In the long run, however, "Public Transport" offers an appeasing appendix to its initial observation: Our sensory system can adapt to the most surreal environments and safely find its way through foreign spaces if only awarded sufficient time. Rest assured: You don't arrive at this kind of confidence-building conclusion just by taking a hike or opening the window.
Sebastien Roux & Bidibop: Urban Field Muzick Reunion
Former band colleagues Sebastien Roux and Vincent Nicolas have been quietly reunited - by releasing their latest album on the same day with the same title and on the same label. As of now, Sebastien Roux' "Urban Field Muzick" and Vincent Nicolas' err... "Urban Field Muzick"(under the moniker of bidibop) will be available from Field Muzick. Despite this outward harmony and the obvious thematic similarities, the underlying differences are imanent: On the one hand, Sebastien Roux offers listeners one long composition culled from a sound installation, created for the ososphere festival (held in Strasbourg in September of 2006). In the best Musique Concrete tradition, he binds aural impressions from his past three vacations together, establishing a soft and simmering narrative. On the other hand, Vincent Nicolas merely uses field recordings as starting points for sweet trips into a delicious dreamland. His "ACE Train Song", for example, seems to take a similar route as Roux, but then adds layers of melody and drones to arrive at a gripping piece of new romanticism. Both publications will as always arrive with the trademark heavy cardboard photocover and as red or black 3" Mini-CDs.
The world of experimental music has certainly not turned any worse since the split of Roux' and Nicolas' former group "un automne à lob-nor" - after all, fans now have the choice between two tasteful releases instead of one. Also, the mechanism at work behind that Post Rock project are now surfacing. Sebastien Roux used nothing but a binaural microphone to document visits to Berlin, Bruxelles, London, Luxembourg, Lyon, Nice, Samoëns (and the mountains around), a train between Lausanne and Geneva among others. The Bidibop release, meanwhile, also features acoustic instruments such as guitar and banjo. Both, however, are marked by an unhurried mood: Sebastien Roux, for example, invited visitors to the Ososphere Festival to "lay on a bed and listen to the piece via two loudspeakers hanging from the celling, like giant headphones."
Tobias Fischer

sebastian roux / bidibop - urban field muzick

The name Urban Field Muzick doesn't leave much to guess, I thought when listening to the first of these two. Sebastian Roux is someone whom we known for his releases on 12K and Carpark and is someone who uses field recordings a lot, but usually highly micro processed. Here he presents them in a clean, direct way. One piece that is originally a sound installation and all the sounds were recorded during Roux's holidays in the last three years. It's a bit like watching someone's holiday snaps: you get an idea, never the real picture. Roux collages his sounds together (recordings from Bandol, Bruxelles, London, Luxembourg, Lyon, Nice, Samoens and the mountains (oops, non urban) around Santarcangelo, Vevey and a train), but it hardly makes any sense to the outsider. Not really a big problem, as he creates a nice piece with all his sounds, which is best enjoyed through headphones. Nice, but not spectacular.
I never heard of Bidipop, which is one Vincent Nicolas, who was part of Un Automne A Lob-Nor, a post rock band. When the band split up he started solo as Bidipop. His field recordings are definitely urban: recorded in Manhattan. He recorded human activity that included music. It's a bit hard to tell wether the music is played in those places by Nicolas himself, but for some reason I think it is. Or perhaps he added a bit of sound afterwards. In either case, he plays three pieces of music, which are more compositions by themselves than Roux's work. I for myself like this more than Roux, simply because it seems to have more effort put it. Perhaps a bit long these pieces, but certainly quite enjoyable. 'Ace Train Songs' even has a nice hook to it!

merry go round (optical sound)

...à l'instar du nom même du projet, Bidibop, qui semble émerger directement de nos souvenirs d'enfance, allie intelligemment une électronica douce et mélancolique habillée de discrets glitches et cliquetis, à des sonorités de synthés par moment plus vintages. On pense à Plone, Mùm ou Sigur Rós, à ces disques fabuleux qui parviennent toujours à nous entraîner "ailleurs". Ce manège enchanté fait partie de ces perles et s'y plonger est une expérience paisible dont on ne ramène que du plaisir.
Christophe Labussière

bidibop - merry go round (optical sound)

...Vincent Nicolas, ex Automne à Lobnor (en compagnie de Mister Sébastien Roux) au détour de son projet Bidibop, nous convie à une exploration intrusive dans l'univers de l'électronica et de la pop mêlée. Difficile de tenir la gageure tant quelques éminents labels ont déjà creusé dans les limbes du style, depuis Morr à Vertical Form, CCO ou encore Plug Research. Pour autant, la profusion d'artistes et d'approches réunis sous cette bannière ne semble pas avoir perverti les réflexions d'ensemble et les courbures charnelles de ces compositions. On est rapidement sous le charme de ces mélodies graciles, évanescentes, confusément affectées dont la teneur peut rappeler pour les moins imaginatifs d'entre nous certains armateurs de sons de chez Morr,. La pâle froideur de l'hiver, la rigueur monastique des intrusions électroniques, le regard poétique porté aux environnements semblent proches d'un Takemaru Nazakami, mais aussi de la langueur chaude d'un Dntel, la froide distance d'un Schneider TM ou l'introversion naïve d'un FILFLA sur Plop ; De la musique de chambre pour enfants rêveurs. Très bon.

CODA n°121 - Avril 2006
bidibop - merry go round - optical sound

Tout dans Merry go Round, exprime l'amour de la mélodie bien faite et exalte la nostalgie d'une époque où la pop régnait en maître (celle des 60's, avec ses Zombies, Beach Boys et autre Sagitarius?) Et pourtant, Merry go Round est bel et bien un pur disque de pop électronique (et non pas d'electro pop, les spécialistes le savent, la différence est de taille !), presque d'electronica ! Rêveuses et aériennes les compositions de Vincent Nicolas, co-fondateur avec Sébastien Roux, du groupe post-rock Un automne à Lob-Nor, louchent aussi bien vers le shoegazzing 80 des Ride et autres My Bloody Valentine que, plus près de nous, les comptines mélancolique d'un DNTEL ou Hood ("Holiday"), voir les airs enjoués de Schneider tm. Quelques noms lancés en l'air (mais nullement "au hasard") qui vous donneront peut-être envie de découvrir le talent de Bidibop, car n'y allons pas par quatre chemin, ce disque est certainement l'une des meilleurs parutions à ce jour du label Optical Sound.. Vital.
Max Renn

bidibop - merry go round

About a year after Bidibop's first release, Snapshot, the friendly Frenchman Vincent Nicolas is back with a fresh album called Merry Go Round. Bidibop switched record labels and is now released under the flag of Optical Sound. The new album appears to be more intimate and diverse than the previous one.
Whereas Snapshot was quite reminiscent to Isan's work, it looks as if Bidibop has grown more personal during the past year. It shows off on Merry Go Round and that's positive. Still, this album isn't the most inventive one either, as it's playing pretty much on safe for an album in this genre. The songs are really soft and hold the middle between pop and electronica. Vincent Nicolas uses a diverse range of instruments, going from vintage synths and guitars, to cymbals, bells and the essential computerized arrangements. A voice accompanies the electronica, giving the whole a quite heartfelt touch. Double is a perfect example of that, and a very good song.
This album's not going to break into the charts or this year's "best of" lists, but I presume that wasn't really Vincent's intention anyway. He just wanted to let the world know how he feels about certain personal topics, and created this album of bittersweet melancholy, warm resonance and magic fragility. It might be quite typical, it's most of all just well done.

THE WIRE - March 2006 - issue 265
bidibop - merry go round (/ cocoon - more violent days are to come)

Two albums of bittersweet experimentalism from a couple of individuals who have left groups to work alone while retaining a group mentality when it comes to giving shape to their Techno-pop sensibilities. Formerly of Un automne à Lob-Nor, Vincent Nicolas now records as Bidibop, using vintage analogue synths, discreet guitars and breathy vocals to create melhancoly vignettes of love and the pursuit of human happiness in the 21st century. [...]
Ken Hollings

bidibop - merry go round - optical sound

Deuxième opus et divorce annoncé avec l'électronica pour Vincent Nicolas. Comme nombre d'aficionados de la musique d'ordinateur, il infuse un peu de pop dans des nappes électroniques rêveuses. Bon point de départ, le morceau introductif "Krop" réveille en nous le My Bloody Valentine de la période "Loveless", soit la plus juste réunion réussie à ce jour entre mélodies pop et électronique dissonante. Pour autant, le propos de Bidibop est léger, vaguement mélancolique. Les machines dont il use ne sont pas de la dernière époque, et ses tonalités s'en ressentent. Il trouve ainsi un supplément d'âme par rapport à d'autres tenants de l'electro pop. Jamais tubesques, ces comptines-là restent cependant suffisamment en tête pour achever de nous séduire. Avec "Merry go round", les cycles se complètent et jamais ne s'achèvent, dressant un pont entre les musiques électroniques de toutes les époques.
Le 21/03/2006 par Vincent Michaud

D-Side - Mars 2006 - n°33
bidibop - merry go round - optical sound

Après la séparation du groupe post-rock Un automne à Lob-Nor, qui vit Sébastien Roux et Vincent Nicolas voguer chacun de leur côté, ce dernier décida de publier désormais sa musique sous le nom, marqué par l'innocence de l'enfance, de Bidibop, nous enchantant déjà l'an dernier avec Snapshot, un premier album CD-R, renouant les fils d'une pop mélancolique et électronique avec les sons de synthétiseurs à l'ancienne. Un univers personnel riche et prometteur qui se peaufine aujourd'hui avec Merry Go Round, un album sans doute encore plus magique que son prédécesseur, où Bidibop joue de mélodies toujours plus limpides et accrocheuses ("Holiday", "Blossom", "High Grass Field", "Moon" et ses réminescences post-rock), toujours plus près de l'evanescence et de la sérénité d'une journée de printemps à la campagne. Les fleurs éclosent, les oiseaux se mettent à chanter, le soleil à chauffer, et Bidibop, à l'instar des Boards Of Canada sur The Campfire Headphase, retient ces instants magiques, les fait entrer en résonnance sur des titres cristallins, capture le temps qui passe et le rejoue, en boucle, dans une boîte à musique aussi poétique que superbement humaine.
Jean-François Micard

bidibop - merry go round - optical sound

Suite à la séparation du groupe post-rock Un automne à Lob-Nor, dans lequel il jouait en compagnie de Sébastien Roux, Vincent Nicolas, Lyonnais d'origine, a monté son propre projet sous le nom de Bidibop. En 2005 il nous avait touché avec un étonnant premier album, Snapshot, sur la structure belge carte postale records.
Il nous revient déjà avec second opus, cette fois-ci chez optical sound, quelque peu différent du précédent mais toujours aussi très pur, très cristallin dans les sonorités employées.
Ici on découvre une électronica plus orienté pop, un comme on en trouve habituellement sur le label Morr Music avec des gens comme genre Styrofoam par exemple. Peut-être moins personnelle qu'elle n'a plus l'être par le passé, la musique de Bidibop gagne pourtant en souplesse, en maturité grâce à une production plus ample, plus fine.
Entre guitare et laptop, Bidibop réussit un second essai emprunt de tranquillité, chaleureux et cotonneux à souhait, qui remplira bien quelques froides journées d'hiver.
Benoît Richard

NIM blog -
bidibop - merry go round

Bidibop... Souvenez-vous, le lyonnais vincent nicolas sortait son premier album, "snapshot", sur carte postale records en mars 2005. Revoici le sympathique français chez optical sound avec "merry go round", un album à nouveau très organique dont s'en dégage dès la première écoute, un sentiment intimiste et serein. Si vincent nicolas nous avait déjà donné un petit aperçu de ses capacités à pousser la voix lors de sa venue en belgique l'été passé (au "verdur rock" et au "bonheur"), c'est un réél plaisir de l'entendre rééditer l'expérience sur album. Et puis, il n'est pas le seul car une certaine maud fait également son apparition sur deux titres: discrète, envoutante voire múmesque sur "love whispers" et robotisée sur "puppet". Impossible de ne pas citer également le morceau "holiday" qui démarre sur un clavier chaleureux et haché très vite rattrapé par une guitare (pas étonnant lorsqu'on connait les amours premières de vincent pour cet instrument). A coup sûr, un des moment fort de cet album ! Bidibop livre ici un album plaisant qui trouvera tout naturellement sa place à côté des anglais d' isan.
Jean-François Flamey

bidibop / snapshot / carte postale records

Voici encore une silhouette musicale déjà croisée sur Esprit III Aspic Project ! La galaxie Aspic n'a pas fini de se rappeler à notre bon souvenir... (à leur sujet, surveillez bien Et puisque la musique ne connaît pas les frontières, c'est sur un label de Belgique que le projet du lyonnais Vincent Nicolas voit le jour. Après avoir joué dans Un automne à lob-nor aux côtés de Sébastien Roux (remarqué lui aussi, depuis, pour ses travaux de soliste), il se consacre à l'élaboration de ses perles glaciales et mélancoliques - évoquant une sorte de Plone moins guilleret, plus enclin au mystère et en quête de grandes étendues blanches - qu'il enfile gracilement pour obtenir un bijou unique. Ne jouant surtout pas de la surenchère ni de la prouesse technique, Vincent travaille avec une tendresse manifeste les sons de vieux synthés, portés par des rythmiques sobres, et s'attache à en faire jaillir une douceur et une joie quasi naïves. Laissant à ses compositions le temps nécessaire à un déploiement majestueux dans l'espace acoustique, Snapshot nous réserve de réels moments de beauté, d'une simplicité désarmante (stars hunter et first step in snow)... Ce qui nous fait dire que la charge mélodique de cette pop électro-lunaire est à la fois minimale et maximale. S'ébrouant dans un écrin très lentement ouvert, chaque petite mécanique mélodique s'offre à nous telle une délicate fleur blanche, à la fois dense et fragile, se laissant longuement observer avec une candeur fascinante.
On imagine sans trop grand risque de se tromper que les albums Beautronics et Music Has The Right To Children (Isan, Boards of Canada) bénéficient d'une place de choix dans la discothèque de Vincent Nicolas. D'autre part, la bio nous dit que celui-ci joue de la musique depuis l'âge de 4 ans : violon, clavier, guitare, batterie. Maintenant qu'il maîtrise à la perfection les climats électroniques, plaisons-nous à envisager un instant le prochain disque, mêlant avec sapience machines et instruments... Mmmmm...

bidibop - snapshot - carte postale records - 2005

Le nom de Bidibop nous fait penser immédiatement aux innocents petits bonshommes du dessin animé Chapi-chapo pour lequel, François de Roubaix composa une musique électronique inventive et sautillante qui fait aujourd'hui le succès des karaokés chez les trentenaires un brin nostalgico-bébétes. Si Ce Bidibop là n'a, à priori, aucun rapport avec le talentueux compositeur qu'était François de Roubaix, on peut toutefois trouver quelques similitudes entre les deux au niveau de la manière d'aborder l'utilisation des synthétiseurs et peut-être aussi dans la construction des mélodies et des ambiances créées à partir de ces instruments.
Bidibop est le projet solo de Vincent Nicolas (ex-membre du talentueux groupe Un automne à Lob-nor en compagnie de Sébastien Roux?lui aussi auteur d'un album solo Pillow, en 2005 et d'autres projets.) Aux commandes de Bidibop, Vincent Nicolas met en place une instrumentation ample autour de vieux synthés, auxquels il ajoute des guitares préparées, des samples divers et autres sonorités glitch qui font de cet album un objet sonore résolument moderne et passionnant.
Rappelant des formations telles que Isan ou Boards Of Canada, Bidibop joue une musique electronica ambiant, lente et relaxante dans laquelle on découvre de douces harmonies et des mélodies simples, à la fois éclatante de beauté et de naïveté. Un disque évidemment fort recommandable et qui surprendra par sa grande maîtrise. Snapshot devrait aisément ravir ceux qui recherchent une certaine harmonie et une forme de pureté dans la musique électronique d'aujourd'hui.
Benoît Richard

bidibop: snapshot

Bidibop is the solo project of Vincent Nicolas, located in Lyon, France. Snapshot is the debut album for Bidibop and is released by Carte Postale records, who previously released the Pillow record. Carte Postale is talented for releasing music by new and promising artists in the underground music scene. They're not limiting themselves to a particular style and that's cool.
The cover art looks a little vague but beautiful and the packaging is a little clumsy but done well. I like the friendly diy look and feel of this release and the musical side of Snapshot adds up to that. This is electronica pur sang. Vincent Nicolas plays around with old synths and electronic samples, some (non-)acoustic guitar tweaking and sound glittering. The overall sound is very organic and the foggy wave of notes and soundscapes clears any restless minds. Melody is never far away, and the songs pass by like clouds on a sunny day in spring. Yes, Bidibop reminds me a lot of Isan or the ambient work of Brian Eno. It's silent and relaxing harmonous.
This is not the most inventive electronic record of the year, and it might sound a bit monotonous, it still is quite good after all. There's so many bands doing things like this that I'm not even irritated by the copycats anymore. I'm just staring out of my window with my brain working on a level just above zero, as I'm enjoying Bidibop's everlasting timeless electronica. Check the mp3 to the right, you'll know what I'm talking about.

bidibop, 'snapshot', carte postale records, 2005

Another new disc on the Belgian based label Carte Postale Records of which we had reviewed Nim's album.
Vincent Nicolas, musician and sound engineer formed his first band a Automne à Lob-nor in 1998 dedicated to post-rock. Once the group splitt, Nicolas creats his own Bidibop project, in which he embraces the and the guitars. A sound that drinks of the English post-punk of Anne Clark, Jesus & Mary Chain and John Foxx, up to nowadays ambient glitch. All he shaped in this disc of nine tracks, that it moves on the deep and thick waters that cover by keyboards lines and drum machine. Here there is no track to be more than enough, because each one contributes and shows the electronics analogue kindness. From the space atmospheres of 'Today's butterflies still there in my dreams', to the Kraftwerian 'Stars hunter' and the melancholic guitars of 'First step in snow' and the guitar feed-back effect on 'MissUr'. This last cut would be one of the most remarkable cuts of this album for the sonic intensity of synthesizers and guitar riff.
Guillermo Escudero - April 2005

bidipop "snapshot " (carte postale records)

Snapshot est une ode à la douceur, une ode au confort, sans vent sans éclair sans bruit. Terrain vierge au contour non accidenté, ce disque ne rivalise avec rien, ne sombrant jamais dans l'exagération d'un côté ou de l'autre. Bande-son d'un nouvel épisode de 2001 l'odyssée de l'espace aux confins de l'univers dans un halot d'apesanteur, entre la mort consciente et le rêve éveillé, cet album peut se targuer d'être fait en l'absence de muscle. Disque plus rêvé que joué, snapshot prend la suite de mum en y enlevant les saccades agressives par de grandes couvertures de duvet. C'est d'ailleurs de ce pas que je vais me replonger sous ma couette, accompagné de cet album qui rend à la quiétude sa vertu première, celle de ne plus penser à la mort. Cotonneux.
Gerald de oliveira

bidibop - snapshot - carte postale records

Quiet pop for quiet minds
C'est de Belgique que nous parviennent ces ondes musicales, potentiellement réceptives par tous ceux qui ont la tête dans la lune. Et évidemment, dans ce monde à la rationalité omniprésente, c'est un compliment. Bien que Lyonnais, Vincent Nicolas a ainsi signé son premier album solo chez un label belge, Carte Postale Records, après des expériences collectives post-rock. Sa nouvelle inclination se veut "quiet", mais pour autant, pas inoffensive. Elle ne se présente pas non plus comme un ticket d'accès à une séance de relaxation, telle la new age au kilomètre servie dans les supermarchés écolos. En revanche, ces doucereux sons de claviers déconnectent l'auditeur de son quotidien inutile et le plongent dans un monde rêveur, où il sera à même de songer à remplir sa vie autrement qu'en la meublant. Les kits, ça ne se trouve pas seulement dans les enseignes nordiques de bricolage...
Le 23/06/2005 par Vincent Michaud

bidibop | snapshot | cd, carte postale/bang!

Ondanks alle hightech sequencers zijn er nog mensen die uren achtereen aan de knopjes van hun favoriete synthesizers draaien, op zoek naar dat ene geluidje. Een van hen is Vincent Nicolas, een Fransman die zijn debuut mocht uitbrengen bij Carte Postale, een Belgisch label dat veel aandacht heeft voor nieuw talent. Het resultaat komt in een schattige verpakking en bevat gedegen synthesizermuziek. Niets opzienbarends, wel wonderschoon.
Bij deze muziek duurt het vaak een paar luisterbeurten voordat ze tot leven komt. Dan hoor je pas de subtiele geluidjes die de muziek haar karakter geven. Zo ook bij Snapshot. Tevreden brommen de synthesizers, traag rollen er vette geluiden uit die organisch in elkaar over lopen. Soms komen daar simpele melodieën bovenuit drijven en iets minder vaak vreemde verwrongen stemmetjes. Nergens forceert Nicolas iets, hij blijft beheerst en geraffineerd. Toch is de speelse wereld van Isan en Mark van Hoen is niet ver weg. Afsluiter 'Today`s Butterflies Still There in My Dreams`doet zelfs een beetje aan de minimale composities van Alog denken. Werk voor de fijnproevers dus.
tekst: Thijs Menting

bidibop - interview de vincent nicolas avril 2005

Rencontre avec Vincent Nicolas qui, après avoir joué dans le groupe Un automne à Lob-nor, oeuvre dans Bidibop, projet solo, et vient de réaliser l'abum Snapshot.

Alors pour commencer, Bidibop, qui es-tu?
Vincent Nicolas : Vincent Nicolas est mon nom "officiel". La suite nous en apprendra plus...

J'ai lu sur ton site que tu avais commencé la musique très tôt, c'est le résultat d'une passion ou de parents musiciens? Peux-tu m'expliquer ton parcours musical ?
Vincent Nicolas : Quand j'avais quatre ans, j'ai vu Stéphane Grappelli jouer du violon à la télé. Il faut croire que ses mélodies sautillantes m'ont touché car j'ai aussitôt déclaré "Je veux faire comme le monsieur à la télé". Mon père qui est musicien n'a pas hésité à m'inscrire sur le champ à des cours et depuis, il est vrai que la musique est devenue une passion intarissable. Plus tard, j'ai pris des cours d'orgue, puis de manière autodidacte je me suis mis à la guitare dès que mes mains furent capables de couvrir les 6 cordes. Les rencontres avec d'autres musiciens me permirent d'apprendre à me servir d'une basse, d'une batterie, d'enregistreurs multipistes, etc...

Tu faisais partie du groupe Post-rock Un automne à Lob-Nor, peux-tu me parler de cette expérience?
Vincent Nicolas : Ce fût pour moi l'expérience musicale la plus "fructueuse" jusqu'à maintenant. J'ai acquis par ce groupe une réelle expérience dans tous les domaines liés à la musique et à sa diffusion. Nous avons sortis deux albums et fait une bonne vingtaine de concerts. Ce groupe reste un très bon souvenir.

Ton album est sorti récemment, peux-tu nous en parler?
Vincent Nicolas : Cet album contient les premiers morceaux aboutis du projet musical solo que j'avais commencé à l'époque de Un automne à Lob-Nor et qui prit le nom de Bidibop plus tard. Il me semblait logique de sortir ces morceaux sur mon premier album car ils sont le point de départ de ma propre évolution musicale.

Snapshot est distribué, entre autre, sous le label Carte Postale Records, en Belgique. Tu as choisi ce label dans l'idée de t'exporter outre frontière? Que penses-tu des autres groupes sous ce label?
Vincent Nicolas : L'idée de s'exporter outre frontières était présente lorsque je démarchais les labels pour sortir l'album. Mais ironiquement, c'est Carte Postale Records qui est venu à moi. Ce label m'a beaucoup surpris par son dynamisme qu'il doit à Jean François Flamey principalement. Ce dernier produit d'ailleurs de très bons disques sous le nom de Nim. Je suis également impatient d'entendre The Oslo Deadtrash Project qui doit sortir un album très prochainement sur le label.

J'ai lu dans plusieurs chroniques de "Snapshot" des comparaisons avec Isan et Boards of Canada... Personnelement j'ai plutot fait le rapprochement avec Mùm, Skyphone ou Album Leaf, qu'en penses-tu ? Quelles sont réellement tes groupes phares et tes sources d'inspirations?
Vincent Nicolas : Je dois avouer qu'à l'époque où je travaillais les morceaux de "Snapshot", Isan et Boards Of Canada étaient effectivement les vinyles qui ont le plus fait de tours de manège sur la platine. Mais bien sûr, il y avait beaucoup d'autres sources d'influences que ces groupes là, et dont Mùm faisait partie.

Bien que ce ne soit pas facile, j'essaye autant que possible de ne pas m'inspirer d'autres musiques, mais plutôt d'autres idées, certes musicales le plus souvent, et d'en faire un mélange dont résulte rarement les idées originales, telles quelles. Il est vrai que ma musique peut alors faire penser à de nombreux autres groupes et que chacun se rattache à ce qu'il veut..
C'est d'ailleurs à mon avis un des mécanismes principaux de la pop. Il est évident que si on utilise de vieux synthés pour faire de la pop calme, et c'est mon cas, il est très facile et logique de penser immédiatement à Isan et Boards of Canada .

As-tu déjà eu l'occasion de jouer en tant que "Bidibop" sur scène ? Quelles a été la réaction du public?
Vincent Nicolas : Oui, j'ai quelques concerts solo à mon actif. A l'époque où je jouais les morceaux de "Snapshot", mes concerts avaient un effet "marchand de sable" assez systématique sur le public, ce qui n'était pas sans me déplaire au demeurant. Mes morceaux plus récents sont plus envolés et j'arrive maintenant à maintenir le public éveillé jusqu'au bout ! Dans tous les cas, l'accueil a été très positif.

Quels sont tes projets?
Vincent Nicolas : Des concerts sont à venir en juin et juillet pour la promo de cet album. Un second album devrait voir le jour cet été sur le label Optical-Sound de Strasbourg et j'ai déjà reçu une proposition pour un troisième album. Le site, que je tiens à jour aussi régulièrement que possible, devrait préciser ça d'ici peu.

Et pour terminer, si tu devais décrire ta musique en trois mots, lesquelles seraient-ils?
Vincent Nicolas : Pop is love ! ...ou ...Love is pop !

bidibop - snapshot (carte postal records) mars 2005

Bidibop, le projet solo de Vincent Nicolas, nous arrive tout droit de Lyon avec un premier album electronica nommé Snapshot.
Ce prodige multi instrumentiste a commencé la musique à l'age de 4 ans. Un peu "touche à tout" tant en instruments (violon, clavier, guitare, batterie,...) qu'en style musical puisqu'il est l'ex clavieriste du groupe post-rock Un automne à lob-nor qui a splitté. Vincent qui porte décidement toutes les casquettes car dans Lob Nor il s'occupait également des samplers, guitares, projections en concert et de l'enregistrement.
Cet album "Instantané" (traduction de Snapshot) est une vague d'une quarantaine de minutes calme, douce, et sombre à la fois, un peu comme si l'on partait pour un long voyage vers la lumière, l'espoir. Un album tout en finesse, efficace sans brusquer...
Des sons rappelant incontestablement la légereté de divers groupes nordiques comme les excellentissimes Mùm sur "Snapshot" (le morceau) et "Apesanteur", du groupe The Album Leaf sur "Ding" ou encore des danois Skyphone .
Certains morceaux aux sons plus lourd, sombres et mystérieux, peut-être dus à son expérience dans son groupe post-rock, sur la première piste "Stars hunter" ainsi que sur "Today's butterflies still there in my dreams" la dernière piste, en apothéose, un morceau de 8 minutes qu'il nous offre en guise de dessert.
Un seul regret c'est que Vincent ne nous impressionnera avec ses capacités musicales que sur vieux synthés et autres samplers. Ceci dit, peut-être ressortira-t-il son violon du grenier pour un prochain cd... ? Prochain album déjà en cours et qui, d'après Vincent, sera bien différent !
Vous savez ce que vous avez à faire, commandez vite cette galette, installez vous confortablement dans un grand fauteuil et dégustez-la à sa juste et grande valeur.
Pour info, vous trouverez l'album de Bidibop sur Carte postale records, ainsi qu'un morceau sur Aspic Records. Prochain épisode sur Optical sound !

bidibop - snapshot - (carte postale records / import)

Poursuivant son bonhomme de chemin dans les sous-bois electronica, le label belge Carte Postale a cette fois recruté Vincent Nicolas, auparavant actif au sein du duo Un automne à Lob-Nor, qui nous propose ici un prolongement, les guitares mises largement au second plan, des ambiances délicatement travaillées et doucement mélancoliques qui faisaient tout le charme de l'album du duo chroniqué dans ces pages.
Les neuf pièces assez courtes nous convient dans les méandres de savoureux sons synthétiques passéistes, ludiques et introspectifs. Ajoutant ici un léger balayage et d'envoûtants cliquetis (First Step in Snow), là des voix robotisées trafiquées (Missur), Vincent Nicolas nous promène dans ses rêveries mystérieuses, jusqu'au morceau final (Today's Butterflies Still There in My Dreams) dont la combinaison soignée de notes aigrelettes et d'un tapis de divers effets mécaniques et glacés fonctionne à merveille. Les amples nappes évoquant un orgue (Contact) ou offrant un spectre cinématographique (Apesanteur) répondent aux tristes mélopées (Snapshot). La tonalité globale imprimée aux morceaux est au demeurant mi-nostalgique, mi-badine, et le résultat, dont certaines sonorités rappellent un peu Xela ou Plone, est incontestablement de bonne tenue.
Probablement influencée par la chaleur musicale venant du froid (Mùm, Sigur Ros, Efterklang ou les productions Rune Grammofon), la recette du musicien lyonnais s'avère subtilement concoctée et longue en bouche à la dégustation. Une jolie réussite.
Gilles Genicot, le 09/05/2005

bidibop // snapshot - carte postale records

Et hop, une nouvelle sortie pour le label namurois Carte Postale. Bidibop est le projet solo du français Vincent Nicolas, musicien depuis l'âge de 4 ans et ancien membre du groupe post-rock « un automne à lob-nor ».
La musique de Bidibop est un cocktail d'électronica actuelle et de nappes de synthés et de guitares au son plus vintage. Les atmosphères résolument aériennes, tantôt enjouées, tantôt mélancoliques, décrivent des contours qui prendraient forme quelque part entre Múm, Isan ou Stafraenn Hákon.
De manière assez étonnante, la douce lenteur de Snapshot n'ennuie jamais, que du contraire? Tout reste calme sans pour autant verser dans la monotonie, les envolées sont tout simplement réjouissantes et on se délecte sans s'écoeurer de ses mélodies sucrées.
Joli coup, apprécier Bidibop ne restera pas l'apanage des fans purs et durs d'électronica.
par françois